Mauro Gargano "Nuages"

   Découverte
Mauro Gargano "Nuages" - Photo : maur
Dans le cadre du festival : Jazz sur Seine 2018
  • Dimanche 21 Octobre 2018
  • 18:00
  • Canapé
  • 12 €

“Ce sont quoi ceux là?” dit Otello”



  Et Jago: “Ces sont…  les nuages”



“Et ce sont quoi ces nuages?” répond Othello



Jago: “Je ne sais pas”



 “Ils sont beaux, ils sont beaux… ils sont beaux!” affirme Othello



Et Jago: “Ah, déchirante merveilleuse beauté du monde!”



Da “Capriccio all’italiana- Cosa sono le Nuvole” Pierpaolo Pasolini



 



Avec ces mots, Pasolini termine un épisode du film de Mario Monicelli “Caprice à l’italienne” (“Capriccio all’italiana” 1967) en parlant de la beauté du monde à travers les mots des marionnettes de Jago et Othello. Les nuages survolent le destin de ces deux personnages, qui après une série terrible d’événements de la vie se retrouvent dans une décharge de déchets en attente de la mort. C’est à ce moment là que la beauté du monde sous forme de nuages s’ouvre à leurs yeux et à leurs esprits. Les nuages donc annoncent le temps, changent d’humeur, pleurent, nous écrasent ou nous libèrent la vue et la lumière, suivant le flux de nos pensées, vivent et meurent dans l’éphémère. Mais ils prennent aussi la forme de nos souvenirs qui reviennent…



Comme les nuages qui regardent impassibles la misère de notre nature humaine, la musique habite notre air et notre imagination au delà de nous. Intangible, incorporelle, la musique est comme un nuage invisible quand elle se presente à nos oreilles. Elle nous chouchoute des histoires, elle pleure nos drames, elle nous console, et nous réveille la vérité de nos sentiments les plus intimes.



Avec ce projet intitulé “Nuages” j’ai composé un répertoire ou chaque pièce est une invitation à regarder le ciel et à se perdre dans sa beauté et dans sa puissance orageuse. Le répertoire est composé aussi par des reprises de Domenico Modugno, Django Reinhardt, Charlie Haden. Parfois orageuse, parfois mélancolique et délicate, la musique de ce nouveau projet cherche à réunir ma passion pour les contraires et les contrastes, pour les nuances et les lumières.



Comme les grands metteurs en scène italiens des années 60-70,  j’ai cherché de faire vivre en musique non seulement les cultures populaires et académiques, le sacré et le profane, mais aussi les dimensions politiques, éthiques, et spirituelles, en cherchant avec passion à casser les frontières idiomatiques entre les styles. J’ai fait appel à des musiciens particulièrement “habités” par le “mélos” et par la poésie : le jeune clarinettiste italien Matteo Pastorino (duo De Chassy, “Le Salon Idéal” France Musique), le pianiste italien Giovanni Ceccarelli (membre de Musica Nuda, Daniele Di Bonaventura duo, etc.) et le batteur français Patrick Goraguer (Drums’N Koto, Femi Kuti, Arthur H, etc).



 


Matteo Pastorino – clarinette Giovanni Ceccarelli – piano Mauro Gargano – contrebasse Patrick Goraguer – batterie

Agenda PARIS JAZZ CLUB

Agenda Novembre Paris Jazz Club

L'Agenda Jazz de Paris Ile-de-France
Télécharger l'agenda Playlist Télécharger l'agenda Playlist
Zone