A l'occasion de French Quarter, Jazz in NYC & Montréal 2019 - 3 questions à Maria Rodriguez, Directrice Artistique du Baiser Salé Jazz Club

A l'occasion de French Quarter, Jazz in NYC & Montréal 2019

3 questions à Maria Rodriguez, Directrice Artistique du Baiser Salé Jazz Club

 

3 questions à Maria Rodriguez, Directrice Artistique du Baiser Salé Jazz Club

 

> Vous avez été l’une des premières à présenter des projets jazz afro-caribéens sur la scène parisienne dès le début des années 80, quel a été l’accueil du public et des médias à l’époque ? 

 

L’accueil du public était très bon, c’est sûrement à cette période là que nous touchions plus précisément un public très intéressé et très fidèle puisque nous étions les seuls à programmer les artistes Africains, caribéens, brésiliens avec des projets de création originale. Nous pouvions programmer jusqu’à 15 jours d’affilé un groupe tel que ULTRAMARINE, et remplir la salle chaque soir. Nous avons programmé notre premier concert de gwoka début des années 90 Les médias, à part NOVA et le magazine ACTUEL, nous boudaient et considéraient que le Baiser Salé, compte tenu de sa programmation « fusion » n’était pas un « Jazz-Club » et ne méritait pas l’attention des médias spécialisés. J’ai même entendu, sur notre répondeur, la réponse d’un journaliste spécialisé, qui reconnaissait qu’il ne lisait pas notre programme, car notre programmation n’était en rien du jazz.  Des artistes aujourd’hui très prisés ont démarré au Baiser Salé grâce à ce goût que j’avais pour les jazz Metissés  (Angélique Kidjo, Monica Passos, Etienne Mbappé, Richard Bona, Mario Canonge, Blick Bassy, Arnaud Dolmen etc ..)

 

> Que vous inspire la scène jazz afro-caribéenne parisienne actuelle ? 

 

Elle est riche et infinie, avec encore des tas de mondes à défricher. C’est étonnant de voir à quel point aujourd’hui la presse, les médias, les programmateurs, tout le monde se jette sur ce jazz « Metissé » comme sur un nouvel Eldorado... Et c’est tant mieux car le jazz français s’est privé trop longtemps de cette richesse.

 

> Quels sont les jeunes artistes de ce jazz métissé que vous accompagnez particulièrement aujourd’hui et comment ? 

 

 Nous avons créé un créneau depuis une dizaine d’années #JazzDeDemain, qui propose des résidences à l’année à des jeunes artistes créatifs, ce qui leur permet de travailler leurs projets sur le long terme, avec des outils de communication mis à leurs disposition et une politique tarifaire très abordable pour leur permettre de se créer un public. Ralph Lavital, (6année) Tricia Evy, Cynthia Abraham, Clélya Abraham, etc...

 

 

Agenda PARIS JAZZ CLUB

Agenda PARIS JAZZ CLUB - Octobre 2019

L'Agenda Jazz de Paris Ile-de-France
Télécharger l'agenda Playlist Télécharger l'agenda Playlist
Zone