Jonathan Orland & Stéphane Tsapis

Couleurs Jazz au Canal

   Jazz
Jonathan Orland & Stéphane Tsapis - Couleurs Jazz au Canal
  • Jeudi 30 Mars 2023
  • 20:00
  • La Scène du Canal - Espace Jemmapes
  • Tarif plein : 15 €
    Tarif réduit : 12 €
  • Tarif Réduit : - de 26 ans, demandeurs d’emploi, bénéficiaire du RSA et de l’ATA, + de 65 ans et personnes relevant de l’Aide Social à l’Enfance

Dans le cadre des Couleurs Jazz au Canal, Jonathan Orland & Stéphane Tsapis sont heureux de vous présenter leur musique.

En partenariat avec Couleur Jazz

Entre lyrisme abrasif et coeur gros, éclats de folie et claudications de l’Orient à l’Occident, leur dialogue magnifie ce répertoire ashkénaze et invite à partir pour Youkali, « la terre où l’on quitte tous les soucis.

Stéphane Tsapis et Jonathan Orland ont un point commun : ils aiment franchir les frontières sonores pour s'affranchir des contraintes stylistiques et affirmer leur propre espace de liberté. Ils créent ainsi un univers onirique aux paysages variés, qui évoque les tableaux de Chagall où joie et mélancolie coexistent sans complexe. Le format du duo permet une conversation musicale tantôt intimiste, tantôt débridée, au cours de laquelle l'auditeur est invité à laisser libre cours à son imagination pour se laisser voyager, planer et rêver…Dans “Youkali” paru chez Cristal en 2022, Stéphane Tsapis et Jonathan Orland s'inspirent à la fois de musique yiddish, de musique des Balkans, du jazz d'avant-garde des années 60 ou encore de musique pop.

On imagine une île. La Grèce, ce serait trop simple, et puis ce n'en est pas une à proprement parler. Non. Une île. Pas Paros, parce que Stéphane Tsapis y est déjà allé avec Marc Buronfosse, et que l'île qu'il faut penser, qu'il faut créer de toutes pièces par la musique et les sentiments, par les couleurs et les divagations, elle n'existe que pour le duo de Stéphane Tsapis et Jonathan Orland. Ce n'est pas non plus Manhattan, même si le saxophone de Jonathan Orland y a traîné sa langueur soyeuse, celle qu'on entend dans « Beltz », une composition d'Alexander Olshanetsky qui lui préférait sans doute Little Odessa, à l'orée de la presqu'île. Presqu'île ou île presque, le territoire qui s'invente ici n'appartient qu'à eux, même si tout le monde peut y venir sans passeport et en repartir le nez au vent. On y retrouve le « Mount Athos », montagne transposée chère à Tsapis, versant abrupt qui est remplis de moines (Full of Monks en anglais) et qui donnent quelques pistes : l'île de Tsapis et Orland a toute sa place dans un recoin chaleureux de Méditerranée, où l'on peut jouer avec une indolence maritime « A Hora Mit Tzibeles », traditionnel yiddish joué ici avec une lenteur presque précieuse, qui caresse comme le sable et les vagues.

C'est vaste la Méditerranée. D'autant que l'île semble mouvante. Va-t-elle de Grèce jusqu'au Liban, chemin familier de Stéphane Tsapis ? Un peu, mais c'est sans compter sur le vent, sur le Sharaf* (*vent chaud du Moyen-Orient appelé aussi Khamsin) nonchalant d'Orland qui détourne le convoi vers le Levant.
Elle va du sud, où les oiseaux de Suez apportent des nouvelles du Sinaï et où les épices des Dardanelles viennent parfumer la musique de toutes les épices de la Mer Noire, comme ce « Papirosen » bulgare où le piano de Tsapis est touché jusqu'à son corps et son coeur. Ou comme ce « Chiribim Chiribom », traditionnel yiddish où Jonathan Orland joue avec les états d'âmes, d'une euphorie primesautière à une tristesse vite chassée par la lumière. L'île bouge ainsi. Est-ce un bateau ? Le Mataroa cher au pianiste ? Non, là encore, l'île qu'on nomme Youkali, dont les cartes sont dessinées par Clémence Monnet et dont l'hymne est écrit par Kurt Weill, est bien terrestre. Jonathan Orland peut y installer ses pénates, ses « Homes » qui lui furent chères. Mais c'est une île au pouvoir magique, qui vous happe tout de suite, et dans laquelle on se voit bien séjourner quelques temps, au milieu des plantes et des oiseaux fantasmagoriques. Youkali, c'est une chimère, il y fait beau, on s'y échappe. Et c'est Weill qui le dit : « L'île est toute petite, Mais la fée qui l'habite, Gentiment nous invite, À en faire le tour ». On y retournera.
Par Franpi Barriaux

 

Présenté par le Coolectif 

Jonathan Orland : saxophone alto
Stéphane Tsapis : piano

Agenda PARIS JAZZ CLUB

AGENDA MAI 24

L'Agenda Jazz de Paris Ile-de-France
Télécharger l'agenda Télécharger l'agenda
Zone